« Une étudiante sage-femme à la mer » dans le journal de Montréal

Par:

7.04.2018 Thématique: Actualités 1 Commentaire

L’article d’une étudiante sage-femme a été publié dans la rubrique « le choc des idées » du journal de Montréal samedi le 7 avril dernier.  Celui-ci dénonce la précarité financière vécue par beaucoup d’étudiantes sages-femmes, due à la nature de leur formation.

« Je suis étudiante sage-femme et maman. Il y a de ces moments où je me sens submergée et où je me demande si je viendrai un jour à bout de ce baccalauréat de quatre ans et demi.

Car celui-ci comporte 2352 heures de stages non rémunérés, dans des conditions qui m’empêchent d’occuper un emploi : je dois être de garde 24 h sur 24 jusqu’à 7 jours consécutifs ; effectuer des visites pré et postnatales, et assister à des accouchements à domicile, en maison de naissance et à hôpital à toute heure du jour et de la nuit, dans un rayon allant jusqu’à 100 km. Et ce, sans aucune reconnaissance financière ni dédommagement pour tous les frais encourus par mes stages. »

Pour avoir accès à l’article entier, cliquez ici.

L'AESFQ

L'AESFQL’Association des Étudiantes Sages-Femmes du Québec (AÉSFQ) vise à promouvoir et à veiller à l’émancipation des apprenties sages-femmes.

À travers actions politiques, comités, publications, échanges et évènements, notre voix s’exprime et s’imprègne.

L’AÉFSQ cherche à créer des liens de solidarité entre femmes et sages-femmes, entre les générations et les cultures et reconnait la valeur des sages-femmes d’ici et d’ailleurs, peu importe leur chemin de formation.

En travaillant ensemble, nous ouvrons les possibles, cherchons des solutions créatives et croyons que le vent de changement est bon!


1 Commentaire

  1. Gaudreault Tremblay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *