Visualisation pour les fausses couches

Par:

Visualisation pour les fausses couches

Avant de commencer avec un individu ou bien un groupe, il est important de bien expliquer le phénomène de la fausse couche.

Tout le monde est bien installé et confortable.

Explication :

La conception produit un zygote. Après la formation de ce zygote, pendant 14 jours il y a une division cellulaire effrénée et la formation d’une jolie grappe de cellules. Pour simplifier la génétique à ce moment-là, cette grappe de cellules commence à se diviser: 1/3 deviennent des cellules molles (organes, peau, muscles, tissus, etc.), 1/3 deviennent des tissus durs (les os, le cartilage, les tendons, les dents, les cheveux, etc.) et 1/3 deviennent placenta, cordon, membranes, etc.

À ce moment-là, je demande au groupe s’ils ont déjà eu un jardin. Si oui, je demande combien de graines de carottes ils ont plantées. Les gens savent en général que chaque graine ne donne pas une carotte; c’est la même chose avec une fausse couche. C’est impossible que chaque conception devienne un bébé vivant. Les statistiques disent qu’entre 35 et 70 % des conceptions ne se rendent pas à terme (les femmes ne savent pas çà). Le corps va expulser une grappe de cellules qui n’est pas viable. C’est la nature; il manque des os, il manque un cœur… Un œuf clair est un placenta avec le cordon et tout, mais pas de tissus mous ou durs. Pour la femme, c’est déjà un personnage qu’elle voit dans sa vie, sa journée et sa famille. C’est un deuil de ce qui aurait pu arriver.

Dans les années 1940 et 1950, les médecins donnaient des injections d’hormones pour permettre à la femme de continuer sa grossesse si elle avait des signes de fausse couche. Ce qui est arrivé: il y avait des bébés déformés, handicapés et non viables. Alors cette pratique a été abandonnée et il n’y avait plus d’interférences avec les fausses couches en train de se produire.

Après cette information, je réponds aux questions.

Quand tout le monde a complété cette partie, nous passons à l’étape de s’allonger pour faire la visualisation. Lorsque tout le monde est confortable et bien installé avec son oreiller ou son coussin pour les genoux ou bien une couverture pour les frileuses, je mets une musique douce et relaxante.

La visualisation commence par une détente de tout le corps; j’invite les gens à s’abandonner dans la relaxation. Après une bonne détente, je demande aux femmes de sentir, visualiser ou imaginer leur utérus. La femme imagine qu’elle est dans son corps et elle est capable de recevoir les sentiments et les « feelings » de cette partie du corps. Elle imagine son utérus comme un organe de génération de vie et elle le remercie d’avoir eu une conception.   Finalement, nous mettons de la lumière à l’intérieur et tout autour de l’utérus en le remerciant pour son pouvoir de reproduction et en lui disant comment il est apprécié et aimé.

Aller lentement dans la visualisation, laisser les personnes prendre le temps de sentir et de vivre le processus. Après, on revient en groupe en position confortable. J’invite tout le monde à partager son vécu si désiré. Si c’est en individuel, on offre un câlin. Nous restons attentives à leur besoin de parler ou de s’exprimer.

Jeen Kirween

Jeen KirweenJeen Kirween est une des grandes pionnières de la pratique sage-femme au Québec. Elle a exercé pendant plus de 30 ans, a contribué à la légalisation de la pratique et est depuis peu à la retraite. Elle milite toujours activement pour une plus grande reconnaissance des sages-femmes, notamment au sein du Collectif Yoni.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *